ISLANDE ROAD TRIP EN 10 JOURS

L’Islande est certainement l’une des destinations les plus prisées de ces dernières années. Nous sommes partis à troisjuste avant l’hiver avec l’objectif de faire un road trip de 10 jours pour faire le tour de l’île. Je vous partage ici notre itinéraire et les lieux incontournables d’un voyage en Islande.

 

Compte tenu du temps passé sur place nous ferons l’impasse sur les Highlands ainsi que sur les fjords de l’ouest. Ces deux secteurs étant aussi plus difficiles d’accès à l’approche de l’hiver nous sommes concentré sur notre objectif principal, faire le tour de l’île en explorant les territoires du nord et finir par les spots plus touristiques du sud (Godafoss, wreck plane, Dyrolahey, Stockness….)

 

JOUR 1 : Un “long” voyage
Biarritz - Keflavik

Après quelques heures de brainstorming pour trouver le meilleur itinéraire sans nous ruiner, nous avons choisi de voyager exclusivement en avion avec easyJet et la compagnie Play (FlyPlay). Nous n’avions pas trouvé d’avis sur la compagnie Play mais tout s’est super bien passé. On vous recommande de prendre un vol avec Play car le tarif est vraiment intéressant et toutes les options sont sur mesure. Si vous voyagez léger c’est la compagnie idéale.

 

Arrivé à l’aéroport de Keflavik à 23h55 (KEFLAVÍKURFLUGVÖLLUR) on se dirige directement vers l’agence  SADECARS pour récupérer notre véhicule. 

L’agence Sadecar de Keflavik se situe à l’extérieur de l’aéroport et il existe deux moyens pour y accéder selon votre heure d’arrivée. Entre 9h00 et 18h00 il y a une navette qui peut vous y déposer. En dehors de ces horaires il vous faudra marcher environ 20 minutes.

 

Nous avions réservé en ligne sans pré-paiement et malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu chez SADECARS. L’agence qui devait être ouverte tous les jours et à toute heure était en fait fermée. Nous étions plusieurs dans le même cas et pas seulement avec cette agence. Nous vous déconseillons de passer par ces agences. 

Nous avons eu la chance de trouver, à 2h00 du matin, une agence europcar à l’intérieur de l’aéroport. Le tarif était clairement supérieur voire très prohibitif (plus de 800€ pour 10 jours de location) pour un Suzuki Vitarra.

 

Concernant la location de véhicule en général, tous les véhicules sont en principe équipés de pneus cloutés ce qui n’est pas un luxe en hiver en Islande. Si vous allez dans le Nord de l’île, c’est même indispensable car vous avez de fortes chances de rouler longtemps sur la neige, le verglas… Vérifiez aussi si l’assurance de votre CB est suffisante (notamment s’ il n’y a pas des clauses d’exclusion si vous empruntez des pistes 4×4) sinon prenez une assurance avec votre location de véhicule en Islande.



On a ensuite rejoint notre airbnb à quelques minutes de l’aéroport. Le logement était idéal pour passer la nuit sans faire trop de kilomètres ni subir les nuisances d’un aéroport. 

JOUR 2 : Le début dU ROAD TRIP et des paysages spectaculaires D'iSLANDE
Keflavik - Grundarfjörður

219KM - 3H DE ROUTE

On part tôt car un long trajet nous attend et on veut prendre le temps de s’arrêter voir les paysages. Les premières montagnes apparaissent à la sortie de Reykjavik et on prend rapidement conscience de l’ampleur de ce qui nous attend. 

Quelques kilomètres avant d’arriver à Grundarfjörður, nous nous arrêtons avant un pont tout proche d’un cratère noir impressionnant.

On arrive à Grundarfjörður qui compte 800 habitants. Située dans le nord de la péninsule de Snæfellsnes dans l’ouest de l’Islande, cette ville est assez isolée. A l’abri de la pollution lumineuse, on espère donc voir des aurores boréales à Grundarfjörður.

De nombreuses excursions sont possibles au départ de Grundarfjörður, kayak pour découvrir les falaises de Snæfellsnes, tour opérateur avec guide.. 

L’incontournable de la journée : la route qui longe le cratère 

L’inattendu : notre guest house se situait à quelques kilomètres seulement de la cascade de Kirkjufellsfoss. L’endroit était très calme et agréable, nous avons adoré y passer une nuit d’autant plus que nous y verrons des aurores boréales. La pollution lumineuse est très faible à cet endroit car la montagne nous protégeait de Grundarfjörður.

Une belle première journée de road trip en Islande.

maison-snæfellsnes-péninsule-montagne-paysage-islande-

JOUR 3 : Première grande traversées du pays vers le nord Grundarfjörður - Akureyri

372km - 5h30 DE ROUTE

Les lumières sont très douces ce matin et la météo plutôt calme par rapport à ce qui nous attendait un peu plus tard. 

Notre première étape sera la cascade de Kirkjufellsfoss. Nous sommes arrivés assez tôt vers 9h au parking de la cascade. Il y avait très peu de monde mais un vent terrible.

C’est un spot très touristique où tout le monde veut sa photo souvenir. Arriver de bonne heure le matin vous épargnera des hordes de photographes sur le spot.

Nous avons ensuite pris la route pour faire le tour de la péninsule de Snaefellsnes et nous nous sommes arrêtés à l’église noire que vous avez probablement déjà vue sur les réseaux sociaux.

 

Une longue route nous attendait ensuite vers Alureyri notre prochaine étape. Nous avions pris la décision de ne pas nous attarder dans les fjords de l’ouest. Cette région étant assez vaste et plutôt difficile d’accès en hiver. Nous n’avions pas suffisamment de temps sur place pour découvrir cette partie de l’île. Nous ferons également l’impasse sur les highlands pour les mêmes raisons.

 

La route est longue mais les paysages sont magnifiques. Nous ne nous sommes pas arrêtés, si ce n’est pour déjeuner jusqu’à Akureyri.

A propos du déjeuner en Islande, préparez-vous à manger des sandwichs à 700 ISK régulièrement. Vous trouverez souvent un stand sandwichs dans la station service. Si vous voyez un magasin Bonus ou Corner je vous conseille de vous y arrêter. Ce sont des franchises de magasins bon marché ou il y a un peu plus de choix. On ne trouve cependant ces supermarchés que dans certaines villes, alors faites des provisions pour les jours suivants si vous en croisez un. 

 

Nous arrivons de nuit à Akureyri vers 17h45 ( il faisait nuit vers 17h00 lorsque nous étions en Islande). Nous avions choisi de loger presque exclusivement dans des Airbnb bookés 2 semaines plus tôt. Cela s’est très bien passé, les logements étaient souvent des guest house avec un système de boîte à clés. C’était parfait pour nous qui ne savions pas à quelle heure nous arrivions ni si nous n’allions pas ressortir voir des aurores boréales.

 

Ce soir-là après dîner, (des soupes en sachet avec des pâtes alphabets me concernant) les conditions étaient optimales pour voir des aurores boréales. Nous avons alors pris tout notre matériel et cherché l’endroit le plus propice pour les observer et les photographier. Sur le chemin, on a commencé à en apercevoir et elles se sont intensifiées très rapidement. Tellement qu’on a fini par s’arrêter au bord de la route. On ne voulait pas louper ce moment et quel moment !

En sortant de la voiture, on a tous été saisi d’une montée d’adrénaline en levant les yeux au ciel. Si vous n’avez jamais vu d’aurores boréales, c’est à la fois excitant et un peu effrayant de voir le ciel s’illuminer de vert et de bleu et bouger à toute vitesse.

 

Je me rappelle avoir pris quelques brefs instants pour regarder ce phénomène incroyable avant de sortir mon appareil photo pour en garder un souvenir. A ce moment j’ai vraiment ressenti la pression de bien régler mon appareil, réaliser une bonne mise au point… c’était intense.

 

Les aurores se sont un peu calmées et on a bougé de spot pour essayer d’avoir une composition différente. On est encore resté un long moment dehors en espérant que cela allait repartir mais à fallu attendre que l’on rentre à Akureyri pour que cela se re-déclenche.

 

Ce qu’il faut retenir de cette folle soirée c’est que tout peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre pour les aurores boréales. Pour mettre toutes les chances de votre côté, j’ai trois tips :

– surveiller l’application Aurora, 

– choisissez un spot ou la couverture nuageuse est faible voire nulle si vous avez de la chance, merci les cartes météo en live,

– trouver un endroit loin de la pollution lumineuse des villes.

 

Voir des aurores boréales était l’un de nos objectifs en venant en Islande, ce soir-là, on peut dire qu’on a vraiment été gâtés. Plusieurs jours après on apprendra que le phénomène avait été d’une particulière intensité ce soir là (article journal)

Kirkjufellsfoss-cascade-islande-voyage
aurore-boreale-akureyri-islande-montagne

JOUR 4 : La beauté du nord AKUREYRI - LAC MÝVATN

79KM 1H30 DE ROUTE

Pas besoin de vous dire qu’on a bien dormi après en avoir pris plein les yeux la nuit dernière. On a fait nos courses chez bonus avant de reprendre la route vers la péninsule située au nord-est de Akureyri.

 

Nous nous sommes en premier dirigés vers la cascade de Godafoss avec très peu de monde. C’était hyper agréable de profiter de ce spot sans des foules de touristes et avec une météo toujours clémente. Je pense qu’il est dans tous les cas préférable  de faire ces spots connus du grand public de bonne heure le matin pour être tranquille et avoir les meilleures lumières.

 

On a ensuite repris la route vers le nord ou nous nous sommes arrêtés au lac de Vestmannsvatn tout était très calme et la vue en drone était incroyable.

Nous avions repéré un phare un peu plus au nord où il semblait que l’on pourrait voir des puffins (macareux). Il y a d’ailleurs une île des puffins au large. Malheureusement, il semblerait que l’on ne soit pas venus à la meilleure saison car nous n’en verrons pas un seul. 

Nous n’avons pas trouvé comment accéder au phare, ni parking ni aire de stationnement, et des barrières nous ont fait rebrousser chemin.

A la place nous avions repéré une cascade un peu avant sur la route qui nous a mené au phare. Nous avons tenté une approche en voiture qui s’est vite arrêtée car le chemin était enneigé. C’était le moment de marcher en ne sachant pas si on allait pouvoir voir quelque chose au bout. C’était une expérience vraiment sympa de sortir des sentiers battus pour découvrir un spot et on n’a pas été déçu d’avoir un peu marché. 

La cascade était très impressionnante et se jetait presque directement dans la mer. Le point de vue était aussi beau d’en haut que d’en bas. Le fait d’avoir un peu marché et d’avoir le spot pour nous tout seul ça changeait tout pour moi. Je me suis senti privilégié et au cœur du pays.

C’est une expérience que je vous invite à réaliser, en restant prudent bien sûr. Sortir des sentiers battus et de sa zone de confort vous permettra peut être de découvrir un “monde merveilleux” que peu auront vu.

Nous sommes ensuite rentrés de nuit vers notre prochain logement réservé sur booking (c’est la seule fois du séjour que j’avais réservé sur ce site). Nous étions dans un petit chalet au bord du lac Myvatn. 

 

Nous avons pris en chemin que le couple de français (allez découvrir leur travail ici : https://michmichenvadrouille.com/nous/) était aussi pas loin du lac. On a donc décidé de tous se retrouver le soir pour dîner. C’était vraiment sympa d’être tous ensemble et de partager nos histoires de voyage. 

Ce soir là on tentera à nouveau une sortie pour voir les aurores boréales mais sans succès, il y avait trop de nuages.

JOUR 5 : Accident de drone et grande traversée vers l’est Lac Mývatn - Hornafjörður

426km 6h de route

C’est la journée où nous passerons le plus de temps sur la route. On a décidé de partir assez tôt pour nous permettre de nous arrêter à deux endroits en chemin. Il fait très froid ce matin, il y a une grosse différence par rapport au climat dans l’ouest. 

On découvre les abords du lac Myvatn, et notamment le cratère impressionnant avec les couleurs du matin et sous un joli manteau blanc. La neige recouvre partiellement le paysage, c’est splendide.

 

Le soleil n’a toujours pas dépassé l’horizon, les tons froids sont encore bien présents dans le ciel. La blue hour est un moment privilégié pour créer du contenu photo et vidéo. C’est donc un immense avantage que ce moment soit particulièrement long en Islande.

 

 Nous dépassons le col d’une montagne et l’odeur de souffre nous indique que nous approchons du premier spot : le site géothermique de Hverir. 

C’est un site très touristique habituellement mais en arrivant suffisamment tôt il n’y avait que quelques voitures sur le parking. Les conditions de lumière sont idéales pour réaliser des images. On est tous très excités, on sort tous les trois notre matériel pour une grosse session au lever de soleil. 

 

Malheureusement, cette belle matinée a été entachée par un petit accident de drone. Mon DJI MINI 2 ayant décidé de redémarrer après avoir atterri, mes doigts ont apprécié. Je n’avais pas mangé ce matin là. Le froid, l’odeur de souffre et les doigts ensanglantés m’auront fait tourner la tête. Un grand merci à mes potes qui sont venu me porter assistance dans ce moment de faiblesse. 

 

Il était prudent que je ne prenne pas le volant après cet incident. Je m’assois donc à l’arrière de notre voiture de location pour le reste du trajet. Cela m’a fait prendre conscience que les conditions de ce voyage étaient plutôt exigeantes. Notre corps n’est pas habitué à être confronté à ce type de climat. Négliger un petit déjeuner ou ne pas se couvrir suffisamment se paie cash. 

 

On fera ensuite un stop au canyon de Studlagil. C’est un endroit unique dont l’attraction principale concerne les colonnes de basalte. Cela paraît presque irréel, tout droit sorti d’un dessin tellement les formes sont parfaitement alignées et similaires. 

 

Nous avons ensuite repris la route en traversant les magnifiques fjords de l’Est. Nous regretterons plus tard de ne pas nous être arrêtés dans cette région de l’Islande. Elle est en effet moins touristique mais pourtant elle regorge de jolis petits villages et de points de vue différents. Alors si vous cherchez des endroits à l’abri de l’afflux touristique et un peu plus calme que le sud de l’Islande, allez là-bas. 

Nous arrivons de nuit à notre point de chute pour la nuit : Hornafjörður. Nous avions fait le choix de nous arrêter ici pour arriver le plus tôt possible le lendemain sur le spot de Stockness. Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu. 

montagne-neige-islande-Krafla-photo-aerienne-drone-dji

JOUR 6 : Le climat islandais nous rattrape… Hornafjörður - Skaftártunguvegur

225km 3h de route

Au réveil nous comprenons rapidement que la journée sera compliquée. Le vent souffle très fort et la pluie martèle les fenêtres de notre chambre. 

Nous suivons malgré tout le programme que nous nous étions fixé, espérant une éclaircie miraculeuse. Arrivés sur place, la météo n’a pas changé, pluie intense et rafales de vent à 90km/h. La visibilité est très mauvaise, on voit à peine à quelques dizaines de mètres. 

 

Deux options s’offraient à nous : payer l’entrée et tenter notre chance en voiture ou bien renoncer à voir ce spot mythique d’islande. 

 

Devant l’évidence d’une météo atroce, nous choisirons de ne pas nous attarder. Direction Diamond beach, cette plage de sable noir où viennent s’échouer des blocs de glace transparents. Ces blocs proviennent du glacier situé en amont. 

 

A notre arrivée, la pluie est toujours bien présente.  On aperçoit quelques iceberg qui se sont décrochés du glacier mais pas le glacier lui-même. Malgré cela, le paysage en face de nous reste saisissant. Le tout dans une atmosphère mystique mêlant pluie et brouillard. On aperçoit également quelques phoques nager entre les icebergs. 

 

Nous reprenons notre chemin, bien décidés à enfin voir un glacier. On tente notre chance au glacier Fjallsárlón alors que la météo semble un peu s’améliorer. Nous avons loupé le canyon Múlagljúfur mais je vous recommande de vous y arrêter, c’est un spot hyper spectaculaire que j’aurais beaucoup aimé voir. 

On s’arrête un peu plus au sud sur un parking presque vide qui constitue le départ d’une petite rando vers le glacier Svinafellsjökull. C’est le meilleur moment de notre journée, la pluie s’est arrêtée et on passe deux heures au pied de ce glacier. Je peux vous dire qu’on se sent tout petit face à ce glacier. Ce spot est top car on est très très proche du début du glacier contrairement à d’autres endroits. 

 

Si vous voulez voir des colonnes de basalte comme au canyon de Studlagil, je vous recommande de vous arrêter à la cascade de Svartifoss. On a zappé de spot aussi par manque de temps. Avec le recul c’est clairement un endroit qu’on aurait dû privilégier comme Múlagljúfur.

 

On a ensuite dormi dans une petite guest house au milieu de rien avec une vue dégagée absolument magnifique.

iceberg-eau-bleu-brouillard-isalnde-diamond-beach

JOUR 7 : Un point de vue incroyable sur endless black sand beach
Dyrolahey - Skógafoss

82km 1h15 de ROUTE

Dès le matin, les couleurs de la blue hour nous enivrent. Les sommets enneigés au loin se détachent très distinctement du rose du ciel. Si vous avez un drone, il y a de très jolies textures à prendre en photo sur cette route qui nous emmène vers Dyrolahey.

 

Le point de vue est superbe du haut des falaises abruptes de Dyrolahey. Nous sommes arrivés tôt et cette fois encore cela s’avèrera payant car il n’y avait pas trop de monde sur le spot  et les lumières étaient parfaites. Il faut compter environ 1h pour faire le tour du spot. Il est aussi possible de descendre à pied jusqu’à la plage au nord du spot qui est très chouette. 

 

Sans grande originalité nous marcherons 45 minutes aller et 45 minutes retour pour voir le Wreck plane qui à mon avis ne présente aucun intérêt particulier. Si vous n’avez pas beaucoup de temps, laissez tomber ce spot c’est très touristique et pas franchement impressionnant. Si vous voulez vraiment le faire, allez y un jour où il pleut / neige, cela découragera certainement les moins téméraires,et au moins vous aurez une photo un peu plus originale. 

 

C’est la cascade mythique de Skógafoss qui constitue le bouquet final de cette journée, enfin c’est ce qu’on croyait au départ.  La cascade est super impressionnante mais gavée de monde. Je vous conseille de vous y arrêter mais en 30 minutes maximum c’est suffisant surtout quand on sait qu’il y a une autre cascade avec beaucoup moins de monde juste à côté. 


En effet, juste avant ce spot, il y a une autre cascade si vous continuez tout droit (vers le musée) au lieu de tourner à gauche (Skógafoss), mais ça on ne s’en est aperçu que le soir une fois la nuit tombée.  

glacier-svinafellsjokull-photographe-montagnes-pierres

JOUR 8 : Ce n’est pas toujours la plus grande cascade qui est la mieux Seljalandsfoss - Kvernufoss

53km 1h

Le lendemain, on privilégie la cascade de Seljalandfoss de bonne heure le matin pour espérer ne pas avoir trop de monde. Raté. Le spot était super blindé, le parking payant et la cascade… très belle mais encore une fois le monde présent retire un peu le charme de l’endroit. 

 

On s’est donc très rapidement dirigé vers le musée de Skógar et surtout vers la cascade de  Kvernufoss. Il faut marcher environ 30 minutes sans aucune difficulté technique. La cascade est nichée au fond du canyon et c’est un spectacle époustouflant. D’autant plus que nous ne serons jamais plus de 10 sur le spot. D’avoir fait ce petit trajet en marchant a tout changé selon moi, c’est ce que je recherche dans le voyage, le trajet et les difficultés éventuelles que l’on peut rencontrer avant de profiter du spot en lui-même. 



Ce qu’on a râté : faire la petite rando au-dessus de Skógafoss aurait certainement eu un intérêt, la perspective est complètement différente et la plupart d’entre nous restons au pied de la cascade.  

JOUR 9 : La boucle touristique Geysir vs sortir (un peu) des sentiers battus
Geysir - Gulfoss- Cratère KeriD

254 km 2h14

Chaque jour nous rapproche de la capital Reykjavik et il devient de plus en difficile de toruver des spots pas trop touristiques. Cette journée sera consacrée à trois spots très connus, Geysir, la cascade de Gulfoss et le cratère de Kerið. 

 

Il est très facile de faire le tour de ces trois spots dans la journée mais si vous voulez un peu plus de tranquillité et d’aventure je vous recommande plutôt la cascade d’Háifoss et la réserve naturelle de  Friðland að Fjallabaki.

cascade-homme-leve-bras-k-way-jaune-moody-createur-contenu-instagram

JOUR 10 : Volcan éteint, direction la capitale Rekjavik

1h53 - 125 km

Le volcan Fagradalsfjall s’est éteint peu de temps avant notre arrivée. C’est probablement la plus grosse déception de notre séjour car très peu de temps avant il était encore en activité. Cela reste donc un rêve à accomplir pour l’avenir. 

A la place, nous faisons un stop au spot géothermique de Krýsuvík qui était presque désert et très chouette. C’est un spot que je vous recommande. 

 

On ne pouvait pas partir d’Islande sans faire un petit tour dans la capitale. On profitera de l’après-midi sous une belle météo  pour découvrir l’architecture et les monuments principaux de la ville comme l’Eglise Hallgrímskirkja. 

 

Je vous recommande aussi d’aller voir la salle de concert Harpa et le petit phare qui se trouve juste derrière.




Ce voyage nous aura globalement émerveillé. La fin du séjour beaucoup et les spots touristiques un peu moins que le reste. La saison automnale avec les premières neiges et la lumière très douce est très agréable et sûrement un peu moins fréquentée que l’été. 

BILAN DE CE ROAD TRIP DE 10 JOURS ENTRE POTES EN ISLANDE

Ce voyage nous aura globalement émerveillé. La fin du séjour beaucoup et les spots touristiques un peu moins que le reste. La saison automnale avec les premières neiges et la lumière très douce est très agréable et sûrement un peu moins fréquentée que l’été. 

Nos plus beaux moments :

Les aurores boréales 

Le nord, ses paysages enneigés et tous les spots pas encore touristiques quel bonheur

La péninsule de Snaefellsnes

 

Nos regrets :

Les spots surpeuplés du sud qu’on aurait bien remplacé par quelques jours en plus dans les fjords de l’Est

L’excursion de la cascade de glace avec Stéphan Mantel

Voir le volcan en éruption 

Précédent Filtre magnétique objectif kfconcept
Suivant Formation vidéo gratuite ou formation payante, quel est le mieux ?
tasse-café-ipad-formation-vidéo

Leave a comment